En ce jour… le 21 Juillet 1969 : Le premier pas de l’Homme sur la lune !

Un petit pas pour l’Homme, mais un grand pas pour l’humanité ! Ainsi dit, le premier astronaute à avoir marché sur la lune, Neil Armstrong, ne pouvait mieux décrire l’impact de cet incroyable exploit qui confirma définitivement que la technologie n’avait pas de limites !

Neil Armstrong face au drapeau américain sur la lune

En plein battle entre les deux puissances économiques de l’époque, les américains et les soviétiques se rendaient coup sur coup les exploits qui étalaient au monde leurs avancées technologiques, mais en 1969 – date de lancement de la mission Apollo 11 – les américaines scellèrent définitivement leur victoire en posant les premiers les pieds sur la lune. Ces premiers pas lunaires constituèrent non seulement un tournant dans l’histoire de l’humanité, mais surtout dans le domaine technologique qui a vu ses limites être repoussées jusqu’à très très loin dans l’espace. Cela peut paraitre encore
plus étonnant en sachant que les ordinateurs qui ont fait atterrir le vaisseau spatial sur la lune, ne sont pas plus puissants que les Smartphones d’aujourd’hui !

L’ordinateur installé dans les vaisseaux spatiaux

En effet, l’ordinateur embarqué en temps réel (AGC Apollo Guidance Computer) installé dans les vaisseaux spatiaux de la mission Apollo, constitue le premier ordinateur de l’histoire à avoir eu recours aux circuits intégrés ! Equipée d’une mémoire de 64 ko et d’une RAM de 4 ko (à titre de comparaison, l’iPhone 6 dispose d’une RAM de 1.024.000 ko), l’AGC pouvait effectuer des traitements en temps réel et exécuter jusqu’à 8 tâches simultanément (ce qui était encore très rare à l’époque) grâce à un système d’exploitation EXEC. Le tout étant programmée par un langage assembleur dans le Laboratoire Instrumentation MIT Stark sous les commandes de l’exceptionnelle Margaret Hamilton afin de permettre aux astronautes de commander l’ordinateur par des instructions verbe-nom de manière chiffrée.
Il est drôle de savoir quand même que le système de ce même ordinateur s’est planté & s’est redémarré tout seul à quelques kilomètres de la surface de la lune, obligeant Neil Armstrong à poursuivre l’atterrissage manuellement… Ouf !

Pendant ce temps, à Houston..

Toutefois, les capsules qui ont transporté les astronautes n’étaient pas seules perdues dans l’espace et laissées à leur sort, car à ce moment sur terre, près de 3.000 personnes veillaient sur elles face à des ordinateurs IBM System/360 de modèle 75 pour calculer & traiter les données communiquées par liaison satellite, une liaison qui a également permit de retransmettre les premiers pas lunaires de l’Homme sur toutes les chaines télévisées.

Enfin, j’aimerais demander aux jeunes inventeurs qui liront mon article de se rappeler toujours qu’à chaque fois qu’ils voudront créer ou se lancer dans un projet, que « Not even the sky is the limit ! ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>